19 décembre 2007

L’ami américain

Pierre, sur nommé Rachid en raison de son ascendance ibérique et de son teint particulièrement mat est éleveur de son état, il est même un spécialiste en lapins. Pourtant ce soir là, notre Rachid vint, bien qu’avec quelque retard, nous rendre visite en provenance de Pittsburgh ou il fait actuellement fortune dans une MNC où comble de l’horreur, il s’impose de partir du bureau à 17.00 "sharp", normal vu que toute façon ils coupent le chauffage et éteignent les lumières. Comme quoi les 35 heures ont de l’avenir, même au pays du bushisme agonisant.
De notre dîner, il convient de retenir une excellente recette de blanquette de veau préparée par votre serviteur, façon Guy Martin. Autre fait notable, une moyenne de consommation assez honorable d’une bouteille et demie par personne, déduction faite d’un ou deux verres d’Henri Bardouin - son concurrent Pernod Riqueur étant réservé à ceux qui ont définitivement décidé d’abréger leur chemin de croix en ce bas monde en privilégiant la cirrhose comme mode de suicide.

Pour avoir connu Pierre en des temps beaucoup plus troublés, je n’ai pu que me réjouir de le savoir dîner deux fois par semaine avec ses enfants et son épouse ou le suivre sur son blog à la pêche au « blue fish», sorte de thon local, façon Hémingway. Toujours est-il que cette vie made in USA, format XL, me pousserait plutôt à croire en la rédemption façon Koka Kola, avec bulles mais sans sucre.

Posté par pollock56 à 00:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L’ami américain

Nouveau commentaire